À propos

A propos de moi…

Je m’appelle Rémi, j’ai 29 ans.

J’ai découvert le monde de la bijouterie à l’âge de 15 ans où j’ai fait un petit stage en entreprise. J’ai tout de suite accroché ! On m’a montré deux-trois techniques et juste après, je commençais mon premier bijou. Je m’en souviens encore très bien, cela a été comme un coup de foudre ! J’avais la possibilité de créer un objet à partir d’un bout de métal. J’ai fait un signe « peace and love » (une période de ma vie) 🙂

Ce stage a tout déclenché pour moi. Je me suis concentré sur cette direction pour ma vie. J’ai même redoublé ma 3ème pour pouvoir être accepté dans une école de bijouterie (oui, à ce moment-là, les recrutements ne se faisaient pas à l’envie ou au talent mais aux notes générales prise en compte par un ordinateur….), il fallait mettre toutes les chances de mon côté pour pouvoir étudier ma passion !

Une fois admis en CAP de bijouterie, le rêve a commencé ! Même si je n’étais pas très bon dans les matières générales (ceci n’est pas un bon exemple), je passais mon temps à dessiner, à travailler mon poignet et mon coude pour faire de belles ellipses. Et pendant les cours d’atelier, je prenais un énorme plaisir à écouter et pratiquer ! J’ai toujours été bon de par mes capacités à imaginer les volumes, mais aussi et surtout, par mon envie de créer de beaux objets raffinés et minutieux. Les cours de dessin d’art ou dessin technique, l’histoire de l’art du bijou… toutes les matières concernant le bijou étaient géniales et me passionnaient !

Le CAP validé, j’ai poursuivi par le BMA (Brevet des Métiers d’Art, l’équivalent d’un bac pro). Le BMA permet d’avoir une approche plus basé sur la joaillerie même si l’on ne peut pas tout apprendre, cela nous donne de bonnes bases. Ma première année de BMA fut marquée par un concours sur toute mon année (le concours « Jaques Lenfant »). Seulement trois personnes le préparaient dans mon établissement, dont moi. J’ai vraiment bien commencé pendant les premiers mois, puis j’ai été un peu dévié par mes autres camarades qui étaient en retard par rapport à moi et qui me demandaient sans arrêt des conseils… j’ai eu une perte de motivation. Ce concours s’est donc soldé par un échec : j’ai pu rendre le bijou fini mais pas du tout dans la qualité que j’escomptais.

Cela n’a pas été facile à vivre mais j’ai beaucoup appris de cette mésaventure.

Après avoir eu mon diplôme de BMA, je n’ai pas trouvé tout de suite un poste mais je voulais absolument rentrer dans la vie active. J’ai commencé une formation en alternance dans la forge. Une magnifique expérience car l’entreprise où je travaillais rénovait les vitraux de monuments, églises et cathédrales de France. J’ai d’ailleurs pu partir en déplacement et contempler des cathédrales extraordinaires ! Des églises perdues dans les hauteurs des Alpes ou des monuments du centre de Lyon… Mon plus beau souvenir a été la cathédrale de Rodez : perchée à plus de 30 mètres en train de réparer un vitrail, la vue était extraordinaire et de tout là-haut, les gens sur la place paraissaient si minuscules !

Cathédrale de Rodez

Après six mois de cette vie, une entreprise de bijouterie m’a contacté. J’ai tout laissé et je suis parti vivre dans la Loire pour travailler et démarrer mon premier poste de bijoutier.

Après trois ans dans cette entreprise, où mon travail consistait à fabriquer de l’orfèvrerie plutôt que de la bijouterie (stylos, briquets, …), je me suis rendu compte que ce n’était pas exactement ce que je cherchais par rapport au métier. Même si j’ai appris à travailler en équipe, à être productif et que ce travail m’a lancé dans le métier, je cherchais autre chose !

Puis je suis allé sur Bordeaux, dans une autre entreprise plus haut de gamme. J’ai beaucoup appris avec un chef d’atelier vraiment très bon. J’ai découvert la fonte où j’ai été responsable pendant deux ans. J’ai vue des pierres magnifiques et surtout très chères ! Pour vous rendre compte de ce monde particulier qu’est la joaillerie, je vais vous raconter une anecdote : je n’ai pas passé une semaine sans fabriquer un bijou qui ne soit pas au-dessus de mon salaire.

J’ai donc travaillé trois ans à Bordeaux. Trois annnées pendant lesquelles j’ai acquis mon savoir-faire, et commencé ma vie de famille. Trois ans pendant lesquels, dans mon travail, tout allait pour le mieux !

Puis, suite à un changement de direction personnelle, je suis parti pour l’île de la Réunion où je réside actuellement. J’ai eu la chance de travailler quelques mois dans une bonne bijouterie de l’île.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager ce que j’aime de ce métier, de vous transmettre ma passion et de vous faire connaître les particularités tout en valorisant ce savoir-faire. Par ce blog, j’aimerais vous amener à aimer et connaître les bijoux, à en reconnaître leur qualité. À réaliser qu’un bijou n’est pas un simple accessoire esthétique mais que cela peut-être une oeuvre d’art, un investissement, un symbole d’alliance : un bijou unique répondant à toutes vos attentes !

Je vous invite donc à parcourir ce blog et à laisser un commentaire, ou même de m’envoyer un message si vous avez une question ou besoin d’aide pour trouver votre bijou.

Rémi, votre bijoutier.