Joaillerie / Fantaisie

Sur ce blog, je parle exclusivement de « vrais bijoux »… Pour un bijoutier, cela paraît évident qu’on ne parle pas de « fantaisie », mais pour la majorité des personnes, je sais bien que cela peut porter à confusion.

Bijou :

Petit objet ouvragé, précieux par la matière ou par le travail et servant à la parure.
Bijou en or.

Évidemment, le terme bijou s’applique aussi à la fantaisie. Mais l’origine du mot « bijou » en latin est la même que pour les pierres précieuses : « gemma », qui a donné « gemme » en français. Tous les bijoux connus de notre monde, que ce soit par les Étrusques (5ème siècle avant JC) ou les bijoux Incas (plus récents), sont en métal précieux. L’origine du mot bijou est associée aux métaux précieux et aux gemmes.

C’est pour cela que le monde de la bijouterie-joaillerie a du mal à dire que des bijoux fantaisie sont des « bijoux » à proprement parler.

Ça ne change en rien le travail effectué, les techniques, les idées et les prix qui sont très intéressants. Pour ma part, je trouve que le monde des bijoux fantaisie offre énormément de possibilités pour créer et utiliser des matériaux divers et variés, en comparaison avec la joaillerie où on est plus ou moins restreint. Les couleurs ne sont pas limitées et peuvent être tout simplement flashy, phospho, pâle, etc. Il est également possible de faire des bijoux à partir de matières recyclables, des bijoux éthiques, et bien d’autres possibilités !

Il y a énormément de différences entre la joaillerie et la fantaisie, et c’est super. Ces deux univers s’entraident et s’inspirent dans les techniques, les idées et les innovations… mais il y aura toujours un monde entre eux !

Et pour tout dire, je pense qu’un joaillier qui veut se reconvertir dans le bijou fantaisie aura une grosse période de transition avec une réadaptation. Une ouverture d’esprit et un apprentissage de techniques que la joaillerie ne peut pas utiliser. Et même si son bagage de joaillier sera un grand atout, ça ne veut pas dire qu’il aura du succès. Et ce serait pareil ou presque dans l’autre sens (fantaisie à joaillier), voire peut-être un peu plus long.

Personnellement, et en tant que joaillier, le terme bijou de la langue française n’est pas assez précis pour parler de l’ensemble de ces deux mondes. Mais il faut aussi dire que le fait d’avoir le même mot permet de ne pas dissocier complètement la fantaisie de la joaillerie, ce qui nous donne à tous une plus-value ! Évidemment, il y a aussi tous les bijoux qui se situent « entre deux » et qui associent la bijouterie à la fantaisie, ce qui peut donner des bijoux très intéressants à tout point de vue ;).

N’hésitez pas à me donner votre avis et à poser vos questions dans les commentaires.

Diamant 2

Il y a tellement à dire sur le diamant… Pour ma part, je vous ai déjà parlé du plus beau diamant que j’ai vu ! Mais dans cet article je vais traiter des diamants qui mériteraient d’être simplement mis de côté…

Eh non, les diamants ne sont pas tous beaux ! Le procédé de création d’un diamant est la cristallisation et il arrive que, pendant ce processus, des impuretés s’incrustent dans le cristal. C’est pour cela qu’il existe des diamants avec plein de défauts alors que d’autres sont parfaits.

Ces inclusions constituent donc l’un des plus grands défauts que l’on puisse trouver dans un diamant. En regardant un diamant à la loupe, on peut distinguer les crapauds (des tâches noires). Ce sont des dépôts de minéraux.

Un autre défaut qui peut s’introduire pendant la cristallisation, c’est une autre cristallisation. Ou plus simplement, un diamant dans un diamant. On les distingue alors par des tâches blanchâtres.

Les défauts sont bien plus visibles lorsque les diamants sont taillés. Par contre, pour les distinguer quand le diamant est brut, c’est déjà plus compliqué. Il faut vraiment connaître ce cristal, avoir un bon oeil et surtout une lumière naturelle ! Car la lumière naturelle se reflète bien mieux dans n’importe quelle pierre que de la syntétique.

Biensûr, le diamant peut aussi avoir des défauts qui apparaissent après la cristallisation. Des fissures, des trous ou des manques.

Pour ma part, étant donné que j’ai travaillé seulement en entreprise, je n’ai pas beaucoup vu de diamants « moches ». J’ai néanmoins vu des bijoux de clients qui se présentaient devant moi pour une réparation avec des pierres vraiment pas terribles… Je me souviens d’une bague pavée de diamants taillés à l’ancienne. En regardant de plus près, je me suis aperçu que quasiment tous les diamants étaient cassés et tenaient par miracle sur la bague ! Sans parler de leur couleur terne. En m’attardant sur ce bijou et sur la réparation que je devais effectuer, je me suis rendu compte que je ne pouvais rien faire car si je modifiais la structure de l’ensemble de la bague, tout allait tomber comme des dominos ! Du coup, j’ai simplement dit que je ne pouvais pas faire cette réparation et la bague est repartie chez le client.

Je me souviens d’une fois où c’était carrément la responsable des pierres qui nous présente un solidaire avec un diamant jaune et qui nous demande de venir le voir. Oh lala, lala, rempli de défauts, de bouts cassés et puis la couleur jaune pâle… Vraiment pas joli. Et pourtant, je ne suis pas un expert en analyse de pierres précieuses.

Alors je veux bien que certaines personnes préfèrent la grosseur à la qualité, mais en temps que bijoutier, je vous assure qu’un diamant petit avec moins de défauts est plus joli qu’un gros avec plein d’impuretés.

Biensûr, les plus beaux diamants sont ceux qui rassemblent tous les critères, gros, pur, belle couleur, belle taille… En voici en photos 😉

Alors si vous voulez en apprendre plus sur les pierres précieuses, il existe des cours de géologie en ligne (ou en presentiel) avec des écoles ou des ateliers français. C’est un univers passionnant que l’on peut découvrir à tout âge.

N’hésitez pas à me donner votre avis et à laisser un commentaire 😉

Je n’ai jamais été braqué mais…

En tant que bijoutier, on sait qu’il y a des risques… Les matières précieuses, les pierres et bijoux sont une cible pour les voleurs. Heureusement pour moi, je n’ai jamais eu à vivre une telle situation mais j’y ai été préparé.

Dans la majorité des entreprises, on nous conseille de ne rien faire et d’obéir à tout ce que les voleurs vont dire. Dans une des entreprises où j’ai travaillé, on nous disait de ne rien faire mais on avait un bouton sur nos établis à utiliser discrètement. Ce bouton était l’alerte reliée directement au commissariat le plus proche et à l’agence de sécurité qui gérait les caméras.

Comme je vous l’ai dit, je n’ai jamais été confronté à ce genre de problème mais par contre, j’en ai entendu et surtout vu des bijoutiers traumatisés par ces situations.

Je me souviens lors d’un stage. J’attendais dehors l’heure d’ouverture de la petite structure où j’allais et, comme il pleuvait, j’avais mis ma capuche. Dans l’angle de la ruelle, je regardais pour ne pas louper mon collègue qui devait m’ouvrir (avec du recul, ça faisait peut-être louche comme attitude…). Je le vois qui arrive et je viens à sa rencontre. Il me voit, me reconnaît et nous entrons. Au moment d’entrer, le patron me braque avec un fusil au canon scié et commence à me hurler dessus ! Dès qu’il me reconnaît, il baisse le fusil mais me crie encore plus fort dessus ! Il m’avait vu depuis la caméra extérieure… J’ai bien flippé 😁.

La même journée, le patron m’a montré le coffre principal de l’entreprise. Il y avait un peu d’or, des documents mais surtout le fusil et un pistolet… Et en me montrant tout cela, il me dit qu’il a enlevé le AK-47… et qu’il ne faut plus que je fasse ce genre de chose !  Même sous la pluie, je ne devais plus jamais mettre ma capuche. En fin de stage, il avait ramené le AK-47 et me l’avait montré… Bon, je vous avoue que j’ai vraiment apprécié ce stage pour le travail et la qualité des bijoux, je suis resté 6 semaines, mais le patron était très compliqué à vivre. Suite à un braquage, il était devenu alcoolique et surtout, il avait très très peur de presque tout ! Je ne pense pas qu’il ait été suivi psychologiquement et peu après, son entreprise à fermer.

Dans un autre stage chez un bijoutier artisan qui travaillait seul dans sa petite boutique, il m’avait expliqué qu’en cas de un problème, il avait une machette à côté de son établi. Car ses assurances ne lui rembourseraient pas la totalité des dommages. Il n’avait pas assez d’argent pour se payer les bonnes assurances.

Il faut savoir que si, en entreprise, on nous dit de ne rien faire, c’est que les assurances remboursent tout ce que les voleurs volent ! Ça n’empêche pas de faire ce qu’il faut pour ne pas se faire voler.

J’ai vu plusieurs façons de procéder. L’entreprise très prévoyante avec un gros système de sécurité, des caméras, des badges d’entrée, des portes sécurisées, des rondes de police chaque jour, et des entreprises de sécurité prêtes à intervenir… enfin la totale ! Mais aussi la vieille grange aménagée en entreprise de bijouterie qui favorise la discrétion et le bon voisinage. Même moi avec l’adresse de cette entreprise, j’ai dû tourner 4 ou 5 fois devant pour comprendre que c’était ce bâtiment 😅.

C’est un aspect de ce métier qu’il faut accepter. Pour ma part, je n’y pense pas et je respecte ce que l’entreprise où je me trouve veut que je fasse et me permet de dire. À chaque entreprise où j’ai travaillé, j’ai signé une charte de confidentialité. Par exemple, je ne parle pas des lieux où je travaille à mes amis ; je vais dire ce que je fais mais je n’ai pas besoin de leur dire où cela se trouve ni comment est agencé le bâtiment, ni la masse d’or qui y circule et autres détails 😅. Au début je devais faire attention, maintenant c’est devenu normal de garder une part de « secret ». Simplement pour ma sécurité mais aussi celle de mon entourage.

N’hésitez pas à me donner votre avis et peut-être me demander plus sur ce sujet dans les commentaires ou en message privé.

Investir dans un bijou

Peut-être avez vous entendu parler de la sûreté d’investir dans l’immobilier ? Personnellement, je n’y connais rien… Par contre, je m’y connais un peu en bijoux et je peux vous assurer que c’est un placement de sûreté.

Tout d’abord, il faut bien faire la différence entre investir dans du bijou et investir dans de l’or ! Ça n’a rien à voir. Investir dans l’or, c’est comme jouer en bourse : le prix monte ou descend, et il faut vendre au bon moment. Il faut aussi comprendre que je ne parle pas de placer son d’argent mais d’investir pour que ça rapporte plus que la mise de départ.

Investir dans du bijou, c’est plus comme acheter un tableau. L’art rentre en ligne de compte, la personne qui l’a réalisé, le style, les techniques de réalisation et l’ancienneté. Il y a un autre aspect, non négligeable, à considérer pour les bijoux : les personnes qui les ont portés !

Par exemple, les bijoux de la couronne d’Angleterre. Leur prestige et leur valeur ne sont plus mesurables de part leur histoire et leur utilité.

Joyaux de la couronne d’Angleterre

Il en va de même pour les bijoux ornementaux que portaient les pharaons ou des diamants du royaume de France. C’est un peu comme une paire de baskets de Michael Jordan ou un veston du King (Elvis Presley).

Sud ouest

Le Figaro

Il y a beaucoup de grandes marques qui font porter leurs bijoux de haute joaillerie à leurs représentants (qui sont généralement des personnalités publiques) ; cela apporte une valeur supplémentaire aux bijoux. Pendant un festival par exemple (Canne), on peut admirer de sublimes bijoux qui, en réalité, ne sont que des prêts et qui n’appartiennent pas à la personne qui les porte (dans la plupart des cas).


Il y a deux façons d’investir dans un bijou. Le court ou le long terme.

. Le court terme consiste à racheter un bijou qui a déjà une grande valeur pour le revendre plus cher. Que ce soit par des ventes aux enchères, des héritages ou des brocantes… il faut s’y connaître pour pratiquer ce genre d’investissement.

. Le long terme consiste à se faire fabriquer un bijou (de préférence par une maison connue comme Van Cleef, Chanel, Chopard et autre de la place Vendôme) ; je parle d’un bijou unique avec une particularité que ce soit dans sa technique de réalisation, dans son extravagance, son élégance ou une gemme (pierre) particulière. Vous pouvez le porter, en profiter et après un bon 30 ans ou plus, sa valeur n’aura pas baissé, au contraire. Plus on attend, plus la valeur va pouvoir évoluer. Comme beaucoup d’œuvres d’art.

Un bijou bien conservé ne sera pas altéré par le temps, mais le temps, de part les changements et l’évolution, va apporter une plus-value.

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire 😉

Après ma plus grosse boulette…

Tout d’abord, si tu n’as pas lu l’article « Ma plus grosse boulette en bijouterie », je t’invite à aller le lire pour bien tout comprendre ce que je vais dire dans cet article mais ce n’est pas une obligation 😉

Suite à cette grosse boulette, où j’ai récolté un blâme et une grosse remontée de bretelles…, je me suis remis en question et surtout, je me suis reconcentré sur mon travail pour ne plus refaire ce genre d’erreur.

Un grosse semaine après l’incident, mon patron est venu me voir. Vous allez sûrement croire que j’ai flippé ! Et oui, j’ai carrément eu peur et ai vraiment eu de gros doutes pour ce qui allait se passer ! En l’espace de quelques secondes, j’ai tout remis en question et dans ma tête, ça tournait à 2000 à l’heure.

Mais à ma grande surprise, au lieu de m’enlever des responsabilités et de la confiance, mon patron m’a demandé de faire une bague unique et particulière pour un client spécial ; il fallait qu’elle soit parfaite ! Il ne me l’a pas présenté comme ça mais c’était un test. Une bague carrée avec pas mal de diamants.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien le monde des bijoux, une bague carrée ça veut dire des surfaces plates ! Des surfaces qui doivent être parfaites. Aucune trace, rayure, défaut, piqûre ou autres… Ça veut simplement dire un travail qui doit être exécuté à la perfection.

J’aurais pu éprouver du stress par rapport à cette réalisation mais j’avais tellement envie de me racheter et de montrer réellement ce que je savais faire que je n’ai pas ressenti de pression. Juste sur la fin quand mon patron venait me voir pour savoir si c’était fini ou si j’étais dans les temps :).

Quand j’ai fini la bague et que mon travail fut validé, j’ai simplement continué à travailler et être attentif pour ne pas faire d’erreur. J’étais content d’avoir pu faire un bijou tel que celui-ci.

Deux semaines après, nous avions une réunion d’entreprise de fin d’année, pour parler de l’année que nous venions de vivre, avec les chiffres et objectifs atteints, et pour parler de l’année suivante. Dans cette réunion, il a bien sûr été mentionné mon énorme boulette… Mais grande surprise pour moi, mon patron m’a félicité devant tout le monde pour la bague carrée et surtout, a partagé la grande satisfaction du client quand il a reçu la bague.

Je pense que vous pouvez imaginer mon soulagement 😁

Alors par cet article je veux juste vous partager mon vécu et vous dire également que j’ai eu un patron qui m’a fait confiance malgré des erreurs. Il n’est pas parfait mais j’ai vraiment apprécié travailler pour lui et si jamais un jour il lit ces quelques lignes… Je vous remercie.

Un bijou éthique ?

De nos jours, l’éthique est de plus en plus valorisée. Obtenir un bijou 100% éthique n’est pas simple. Mais il existe de nouvelles solutions.

Le bijoutier éthique doit s’engager en la faveur de la préservation de l’environnement et du respect des personnes. Cela englobe l’ensemble du processus de fabrication d’un bijou. De l’extraction de l’or ou des pierres jusqu’aux ateliers de finition des bijoux et les conditions des travailleurs.


L’Or éthique labellisé Fairmined est une réponse innovante extrêmement positive et encourageante. Il est produit par des communautés minières artisanales à taille humaine, dans le respect de standards éco-responsables rigoureux aussi bien en terme de transparence et de gouvernance que de protection de l’environnement et d’engagement social. Aujourd’hui, neuf mines dans le monde ont obtenu ce label, au Pérou, en Bolivie, en Colombie et en Mongolie, et une cinquantaine sont en cours de transformation et de certification. Le label Fairmined audite et certifie les mines d’extraction, mais aussi chacun des acteurs de la filière (affineurs, allieurs, fondeurs, joailliers), s’assurant de l’utilisation exclusive de son Or et du respect de sa traçabilité, de la mine jusqu’au produit final.

Pour les diamants, il n’existe pas de label qui garantit l’éthique. Probablement parce que l’extraction des diamant bruts se fait par des sociétés privées. Il est quand même possible d’acheter un diamant éthique. Il faut choisir la bonne entreprise qui garantit ses diamants. En 2003, le processus Kimberly à été créé pour ne plus vendre de diamants issus de guerres (diamants de sang). Mais l’éthique, c’est plus que ça. Peut être qu’un label sera créé pour rassembler les entreprises qui veulent garantir leurs diamants éthiques mais pour le moment, il faut faire confiance aux entreprises qui le proposent.

J’ai pu travailler dans une entreprise qui a obtenu le label : RJ (Responsible Jewellery Concil). Un label qui demande de l’investissement pour l’obtenir et de la régularité pour le conserver. Les droits de l’homme, la provenance des matières premières, la sécurité au travail et autres sont pris en compte dans ce label. Des visites régulières aux entreprises sont opérées pour contrôler leur bon fonctionnement. Personnellement, j’ai bénéficié d’un masque de protection, la mise en place d’un nouveau processus de tri des produits chimiques, d’un système d’évacuation d’urgence et biensûr, les droit de l’Homme respectés et affichés au centre de l’entreprise. Mais plus que ça, la certitude d’être dans une entreprise qui fait attention à la provenance de ses pierres !

Désormais, les joailliers de la place Vendôme à Paris travaillent seulement avec les autres entreprises qui ont ce label. C’est une façon de dire « la joaillerie pense aussi au monde et aux personnes qui les entourent ». Il faut dire aussi que toutes ces entreprises ont changé leur mode de production et d’approvisionnement. Ce qui demande du temps et de l’argent. C’est ce qu’on appelle une réelle envie de changement et d’amélioration de ce métier et de tout ce qui l’environne.

Donc il est possible d’acheter un bijou éthique. Certains en ont fait une vraie force en se focalisant sur ce principe. Mon avis personnel est que ça ne devrait pas être un argument de vente mais seulement un principe simple et normal ! Savoir d’où vient une pierre ou autres matériaux est important pour ne pas faire partie d’un système non moral et qui peut aussi détruire la planète.

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire ou en message privé 😉

Le piercing est-il un bijou ?

Le piercing, c’est quoi ?

C’est le fait de percer une partie de son corps pour y mettre un matériau, un objet. Que ce soit sur l’oreille, la lèvre, le nez, etc.


Souvent catalogué et réservé à une certaine catégorie de personnes, le piercing a une vraie histoire et il est aussi ancien que le bijou standard.

Le piercing date des premières civilisations. En Afrique, le perçage des lèvres et des oreilles pour y mettre un disque d’argile ou de pierre est une pratique qui se fait encore aujourd’hui. Mais, contrairement à ce que l’on voit actuellement avec des boules, des barres et autres…, ce n’était pas pour l’aspect esthétique qu’ils étaient utilisés, mais plus par rapport à de la magie ou du spirituel.

Un peu plus tard dans le temps, on peut aussi découvrir grâce à la Bible (la Genèse), que des bijoux de nez sont offerts à Rebecca pour son futur mariage avec Isaac, fils d’Abraham. Donc une autre utilisation, plus en accord avec ce que l’on connaît du piercing d’aujourd’hui.

A l’époque, on ne pouvait pas faire n’importe quoi avec cette pratique à cause des risques liés aux infections. Mais aujourd’hui, on peut se faire un piercing à peu prés partout sur le corps, que se soit pour l’esthétique ou toutes autres raisons.

Est-ce que le piercing peut être considéré comme un bijou de joaillerie ?

La plupart des piercings sont assez simples et rudimentaires, mais il est possible d’en faire de vraies oeuvres d’art. Pour qu’un piercing soit considéré « joaillerie », il suffit qu’il soit fait d’un métal précieux (or ou platine) et d’y insérer une pierre précieuse (même petite).

Personnellement, je n’ai pas de piercing et je n’ai pas spécialement envie d’en avoir. Mais ce n’est pas pour cela que je n’aime pas. J’aime les piercings en bois d’ébène (un bois très sombre et très dense, parfait pour la bijouterie). J’aime aussi les possibilités que donne le piercing pour orner les lobes d’oreille ! Ça sort de l’ordinaire, de la simple boucle d’oreille, et je pense que la bijouterie n’a pas encore tout exploré dans ce domaine.

Donc, pour conclure, on peut affirmer que le piercing est un bijou. D’ailleurs, je ne l’ai pas écrit mais la définition du mot piercing est de percer une partie de son corps pour y introduire… un bijou !

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire ou en privé, et à partager si cet article vous a plus ;).

Comment concevoir le bijou de ses rêves sans être bijoutier ?

J’ai pensé à écrire cet article pendant la période où les boutiques étaient fermées à cause de la crise sanitaire. Même dans cette période, la possibilité de concevoir son propre bijou était et reste possible !

Comme vous vous en doutez, je suis bijoutier, je sais fabriquer un bijou de A à Z avec le matériel adapté. Mais pour ceux qui ne savent pas faire ou qui n’ont pas le matériel, vous pouvez quand même réaliser vos idées et vos propres bijoux personnalisés.

Biensûr, la plus simple des façons est d’aller chez votre artisan bijoutier qui réalisera, selon vos critères, votre bijou. C’est très bien pour ceux qui ont le budget et ça fait vivre les artisans, ce qui est une très très bonne initiative. Mais quand on ne peut pas aller le voir ?


La solution est de faire appel à des entreprises qui proposent ce service sur internet. Vous allez être mis en relation directement avec des personnes qui dessinent des bijoux pour leur expliquer votre bijou idéal. Il faut savoir que ce service est de plus en plus proposé et qu’il n’y a pas besoin d’être à proximité. Par expérience, je peux vous assurer qu’il y a même plus de facilité de communiquer par écrit et de poser correctement son envie, que de le faire « en direct ». On peut souvent oublier de dire certains aspects, ou simplement mal s’exprimer et être mal compris…

J’ai travaillé dans une entreprise où les dessinateurs de bijoux communiquaient à 95% par e-mail ou téléphone. Je ne dis pas que c’est absolument ce qu’il faut faire, je veux juste vous informer des possibilités.

Mais pourquoi passer par e-mail quand ont peut le faire en direct ?

C’est sûr qu’en direct, on peut aussi venir avec une trame écrite de ce que l’on veut pour notre bijou. Mais passer par un artisan, c’est aussi y mettre le prix ! Comme je l’ai déjà dit c’est super et je vous encourage à passer par votre artisan bijoutier ! Mais si vous manquez de budget, il est certain que faire appel à de plus grandes entreprise fera baisser le prix. (Si vous voulez savoir pourquoi, n’hésitez pas à me poser la question en commentaire ou en message privé ; vous pouvez également lire mes autres articles.)

La disponibilité sera aussi différente. Quand vous allez chez votre artisan, il faut profiter du temps qu’il vous donne car quand vous reviendrez, ce sera pour récupérer votre bijou. Et en plus, si c’est une période de crise sanitaire comme on a pu le vivre, vous ne pourrez plus voir votre artisan !

Mais par internet, vous pouvez communiquer plus librement par e-mail et même si les réponses ne sont pas directes, vous communiquerez avec des personnes qui sont payées pour ça. Ce ne sont pas elles qui fabriqueront et donc elles auront plus de temps pour vous.

Biensûr, il est possible que votre artisan ait aussi développé la communication et c’est super, mais ça ne changera pas le prix !


Voici un site que je vous conseille pour faire vos bijoux personnalisés en ligne, et en plus en France ! La marque s’appelle Maty et vous pouvez aussi retrouver des boutiques en Métropole. C’est une très grosse entreprise qui vend aussi d’autres marques comme Swarovski, Maurice Lacroix et autres… Ce qui est intéressant avec une grande entreprise comme Maty, c’est que vous allez avoir un choix énorme et dans toutes les gammes de la bijouterie. https://www.maty.com/atelier-creations-speciales.html

Si vous voulez d’autres sites et d’autres entreprises, je peux vous en recommander : n’hésitez pas me demander dans les commentaires ou en message privé. Mais n’oubliez pas, je serai toujours à vous encourager pour aller voir votre artisan pour vos bijoux.

Si vous voulez voir des réalisations de bijoutiers que j’aime, allez regarder dans mes abonnés sur Instagram ! https://www.instagram.com/remi_bij/?hl=fr

Le plaqué Or

Dans cet article, je vais vous parler de mon expérience avec le plaqué Or.

Eh oui ! Il y a certains cas en joaillerie où l’on utilise le plaqué Or (ou dorure). Ça reste quand même rare. J’ai même du mal à me souvenir des bijoux pour lesquels j’ai dû faire du plaqué.

La technique est assez simple : apporter une fine couche d’or sur la surface d’un bijou. C’est sûr, si vous n’y connaissez rien, vous allez vous dire qu’il faut fondre de l’or, le couler comme du sirop sur le bijou et que, par magie, le bijou gardera la couleur Or … mais non 😅. C’est quand même un peu plus technique !


Je connais deux techniques pour réaliser un plaqué or sur un bijou !

La première consiste à plonger le bijou dans un bain liquide qui contient des ions d’or pur. Un courant électrique reliant le liquide et le bijou permet une réaction (l’électrolyse) pour que les ions se plaquent sur le métal. C’est le même procédé pour le rhodiage (pour obtenir de l’or blanc) et également pour argenter. La seule différence réside dans le liquide utilisé (démonstration dans la vidéo ci-dessous).

La deuxième technique consiste à faire cette même réaction avec l’électricité mais au lieu de plonger le bijou entièrement, on va utiliser un « stylo » qui dépose le liquide. Cette technique permet aussi de plaquer l’or seulement là ou l’on veut. Et c’est cette technique que j’ai utilisée (voir la video ci-dessous).

Le seul exemple où j’ai utilisé cette technique :

Sur des bijoux en or blanc, la pierre centrale sera plus jolie avec des griffes couleur Or Jaune. Par exemple, un diamant jaune, un grena ou un saphir jaune ou orange. Pour cela, il faut soit faire le dispositif pour sertir la pierre (chaton, serti clos et autres) en or jaune et le reste de la bague en or blanc, soit faire tout en or blanc et, une fois sertie, plaquer les griffes pour avoir un rendu or jaune. J’ai dû le faire 3 ou 4 fois pour des clients qui voulaient économiser en temps de production et donc baisser le coût total du bijou. Mais c’est quand même assez rare d’utiliser le plaqué or en joaillerie.

Alors pourquoi la joaillerie utilise peu le plaqué or ?

La raison est assez simple. Le plaqué Or est une sorte de camouflage et il ne tient pas dans la durée. Au bout d’un certain temps, il va laisser paraître la vraie couleur du métal. Et à ce moment-là, le rendu sera vraiment médiocre. La joaillerie se veut être un métier d’excellence. C’est pour cela qu’un bijou bicolore sera fait avec deux alliages différents et assemblés, pour que la qualité demeure dans le temps.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires ou en message privé.

Le recyclage en bijouterie

Le recyclage en bijouterie version audio

Et oui, le recyclage est aussi entré dans le domaine de la joaillerie ! Que ce soit pour un bijou cassé ou à transformer, pour l’or et les matériaux précieux, la bijouterie peut prétendre à ce terme .

Si vous ne le saviez pas, chaque bijou peut être réutilisé, transformé, démonté, modifié. L’or ou le platine sont des alliages réutilisables. Il suffit de les fondre pour reformer un autre objet ou faire des rajouts sur le bijou déjà existant. C’est le principe des rachats d’or ! Ils rachètent vos bijoux à bas prix pour les fondre et ensuite vendre l’or récupéré au prix du marché. Cet or sera ensuite utilisé pour des bijoux, ou dans bien d’autres domaine où l’or est utile.

Dans certains héritages, on peut trouver des vieux bijoux. Malheureusement, beaucoup de ces bijoux sont vendus ou finissent au fond du placard car, il faut le dire, ce n’est pas trop à la mode les bijoux de mamie. Mais de l’or reste de l’or ! Même sales ou démodés, ces bijoux peuvent avoir une toute autre utilité ! Les refondre pour en faire de nouveaux bijoux qui vous plaisent !

Si vous voulez des exemples, je vous invite à aller découvrir une transformation faite par l’atelier du serti en cliquant sur ce lien :

Un élégant Solitaire par l’Atelier du Serti

C’est aussi ça qui me plaît dans ce travail ! Partir de rien et obtenir un bijou qui peut être par la suite détruit pour réaliser un tout autre bijou.


Dans ce que j’ai pu vivre en entreprise et dans un atelier de bijouterie. Les ouvriers travaillent les bijoux avec des outils abrasifs, les outils enlèvent l’excès de matière pour obtenir le bijou voulu. L’or qui part en limaille va être conservé. Cette poudre qui est mélangée aux poussières et autres débris d’atelier sera envoyée une fois par an dans des laboratoires spécialisés. Ces laboratoires fusionnent toute la poudre pour en séparer l’or des autres éléments. Une fois séparé, l’or est fondu en lingot. Cette opération est très très importante ! Dans un atelier de 7 personnes, la récupération de l’or par cette méthode peut atteindre les 4 kg par an !! Si ce n’est pas du recyclage ça !! 🙂

Bon, pour dire toute la vérité, la bijouterie a un côté obscur… Malheureusement, beaucoup d’outils sont du « consommable » et ne se recyclent pas. Même si ce métier a gardé un outillage traditionnel en bois et acier, il y a de plus en plus de nouveaux petits outils qui facilitent le travail mais qui s’usent rapidement et qui ne sont pas réutilisables. Il y a aussi pas mal de produits chimiques. Ce n’est pas comme si on balançait des produits toxiques dans les rivières… pas du tout !! Mais je pense personnellement que l’on peut encore s’améliorer.

Tout ça pour dire que chaque bijou est recyclable, et une grande partie du monde de la bijouterie aussi.

J’espère que cet article vous a plu. Si vous avez d’autres questions ou des remarques, n’hésitez pas à écrire un commentaire ou à m’envoyer un message privé.